Place Eleftherias / place de la Liberté (1870)


La mer atteignait jadis cet espace, au nord duquel s’élevait le mur byzantin du front de mer. La place fut créée après la démolition du mur et la percée de l’actuelle rue Venizelou, qui reliait le Konak (Dioikitirio) à l’embarcadère. C’est par là que pénétraient dans la ville les visiteurs qui arrivaient par voie maritime. Elle se dota d’hôtels, de restaurants et de centres de divertissement. Elle fut d’abord dénommée place de l’Embarcadère, puis place de l’Olympe, en raison de la vue qu’elle offrait sur ce mont légendaire. Elle devint place de la Liberté après le soulèvement des Jeunes-Turcs, qui s’y attroupèrent en criant des slogans revendiquant la liberté et l’égalité devant la loi. Après l’incendie de 1917, elle fut détrônée par la place Aristote. C’est sur la place de la Liberté que se joua le premier acte de la tragique histoire des Juifs de la ville (cf. mémorial de l’Holocauste). Depuis les années 50, elle sert de parking et de terminus d’autobus.

X